En décembre 2010, des paroissiens de Saint-Bernard prennent contact avec de nouveaux voisins : les réfugiés qui campent sous le métro aérien, au-dessus des voies de la Gare du Nord. Jusqu'à l'éviction définitive du 2 juin 2015, des liens ont été entretenus avec ceux qui s'y sont succédé, et diverses actions entreprises pour répondre à certains de leurs besoins : orientation  et aide dans les démarches administratives, abri hivernal, vestiaire, cours de français... Et, pour commencer,  chaque samedi et chaque dimanche, des petits déjeuners copieux ont été servis sans interruption (sauf un mois de vacances et de Ramadan).

Dans les premières années, l'équipe connaissait chacun des 15 à 25 convives  par son nom et par des bribes de son histoire. Eux connaissaient chacun des bénévoles par son nom. Beaucoup de souffrances, mais aussi de moments festifs ont été partagés avec eux.

Depuis l'automne 2013, leur effectif s'est  notablement accru et a fluctué au gré des occupations,  expulsions, installations successives.  La distribution à 200 personnes ne laissait plus beaucoup de temps aux échanges, mais merveille de la Providence que l'effectif des bénévoles et les ressources alimentaires aient permis jusqu'en 2020 de répondre à un tel accroissement des besoins.

 

Aujourd'hui les petits déjeuners sont suspendus du fait de la crise sanitaire.

Les P'tits Déj. ont été l'occasion d'amorcer un partenariat fructueux avec différents organismes d'aide aux réfugiés.

Les autres activités :

 

- L'Abri St Bernard qui a commencé en décembre 2011, et a repris chaque année du 1er décembre au 31 mars.

- les cours de français qui ont commencé pour les hébergés de l'Abri dès la première année, et  se sont ouverts à d'autres publics à partir de 2013.

Actuellement ils sont interrompus du fait de la crise sanitaire.

- Le vestiaire qui a démarré en 2013 et a connu une grande extension les années suivantes. Après quelques mois d'arrêt, ils ont repris dans de nouveaux locaux.